La gestion durable de l’eau

L’eau potable

  • Diminuer notre consommation en eau potable

Tout d’abord il faut une installation de qualité supprimant toutes les fuites d’eau, certains foyers consomment 10 à 30% de plus dues à des petites fuites (une fuite goutte à goutte peut perdre 5L/heure). Il est possible de vérifier simplement la présence de fuites en observant le compteur d’eau volumétrique sans utilisation d’eau sur 24h.

Ensuite nos équipements doivent être adaptés à une utilisation résonnée de l’eau. On différenciera les équipements ménagers courants (lave-linge, lave-vaisselle, etc.) qui peuvent être facilement remplacés ou améliorés et les équipements intrinsèques au bâtiment (équipements sanitaires). Voici quelques idées : mitigeur d’eau mécanique ou thermostatique, embout réducteur de débit, aérateur, douchette économe à interrupteur, réservoir WC à faible capacité, chasse d’eau double commande, toilette sèche, baignoire économe, arrosage au goutte à goutte ou au tensiomètre etc.

Enfin c’est notre comportement qui est le facteur le plus impactant sur notre consommation en eau. Les utilisateurs n’auront pas les mêmes gestes lors des activités courantes : douches, bains, toilettes, vaisselle, arrosages etc. Dans le public quelques écriteaux peuvent aider les indécis à adopter de nouvelles habitudes de consommation, dans le privée c’est simplement l’éducation.

  • Substituer l’eau potable par des eaux alternatives

Les eaux alternatives sont principalement les eaux pluviales mais aussi les eaux grises recyclées ou bien les eaux souterraines (on oublie parfois la simplicité d’utilisation d’un puits). Ces eaux alternatives peuvent très facilement remplacer les utilisations en extérieur (arrosage, nettoyage etc.). Elles peuvent aussi être distribuées pour l’intérieur (toilettes, lave-linge) en plaçant des affichages « eau non potable » mais il faut néanmoins un appoint en eau potable en cas de pénurie.

Les eaux pluviales

La gestion durable des eaux pluviales nécessite de contrôler à la fois la collecte, le stockage, la redistribution et l’évacuation. Les eaux de pluie sont facilement captées par les toitures et stockées dans une cuve enterrée ou bien dans un bassin à ciel ouvert. Cette rétention permet à la fois de gérer les épisodes de pluie abondante (grâce à une restitution de l’eau à débit contrôlé) et le stockage  afin de substituer l’eau potable pour certaines utilisations (voir plus haut). Ensuite la redistribution de l’eau est assurée par une pompe immergée ou une pompe manuelle selon l’utilisation. Enfin en évitant d’imperméabiliser le sol de la parcelle nous gardons une bonne qualité d’infiltration et donc d’évacuation des eaux pluviales.

 Les eaux usées

La gestion durable des eaux usées consiste à supprimer tout risque de pollution des nappes phréatiques. Il faut donc choisir la méthode d’assainissement la mieux adaptée au projet avant de rejeter ces eaux dans la nature.  Les communes sont équipées de systèmes d’assainissements collectifs et environ la moitié de votre facture d’eau servent à financer ces systèmes. Pourtant les eaux vannes (WC) et les eaux grises (lavabos, douche, lave-linge) sont mélangés ce qui rend difficile leur traitement. En 2008, 15% des logements disposent au contraire d’un assainissement autonome. L’utilisation de toilettes sèches permet de supprimer les eaux vannes et de ne traiter que les eaux grises par phyto-épuration par exemple.

La gestion durable de l’énergie

Les équipements électriques

  • Diminuer notre consommation électrique

Les équipements en catégorie A++ sont à basse consommation et les appareils tels que les lave-linge ou les lave-vaisselle sont équipés d’une option « rapide » ou « éco » qui suffit largement pour une utilisation régulière (en plus d’une économie en eau potable). C’est le comportement de l’utilisateur qui est le facteur le plus impactant, ces gestes au quotidien vont modifier fortement la facture annuelle, voici quelques idées : éteindre les lumières inutilisées, couper les appareils en veille, réchauffer les aliments au micro-onde plutôt qu’au four, utiliser des plaques à induction, couvrir les casseroles pendant la chauffe, ne pas laisser les chargeurs branchés etc.

  • Utiliser de l’électricité provenant d’énergie renouvelable

Le réseau électrique français est fortement développé mais comporte des lacunes évidentes : l’électricité provient principalement du nucléaire et les pertes liés au transport de l’électricité sont importantes. Les panneaux photovoltaïques et les éoliennes sont des solutions alternatives connues mais comportent aussi leurs lacunes : le stockage, la durée de vie et le recyclage.

Le chauffage et la climatisation

  • Diminuer notre besoin de chauffage

Le chauffage est responsable de plus de 60% de la consommation d’énergie en maison individuelle. Cette part du chauffage est diminuée à moins de 25% avec une conception bioclimatique  et n’y a pas besoin d’équipement de climatisation. On considère donc que le système de chauffage est un système d’appoint, il ne sert qu’à ajuster la température de confort voulue. Ensuite des gains importants peuvent être réalisés par l’utilisateur s’il accepte de porter un pull plutôt que de monter le chauffage par exemple.

  • Utiliser un système de chauffage à énergie renouvelable.

Il existe pleins de systèmes de chauffage différents : le bois, le solaire thermique ou bien la pompe à chaleur (géothermie, aérothermie ou même aquathermie). Le système doit être adapté au besoin de chauffage, à l’environnement et à l’utilisateur.

L’eau chaude sanitaire

  • Diminuer notre consommation en eau chaude

L’eau chaude sanitaire représente 15% de la consommation d’énergie en maison individuelle, il faut donc isoler correctement le réseau d’eau chaude pour éviter les pertes de chaleur. On prône ensuite une utilisation résonnée de l’eau chaude à travers des équipements économes (mitigeur thermostatique etc., voir plus haut) et un comportement de l’utilisateur exemplaire (éviter de s’endormir sous la douche par exemple).

  • Utiliser un système d’eau chaude sanitaire à énergie renouvelable

Le système de chauffage de l’eau chaude sanitaire est souvent associé au système de chauffage principal. Le chauffage solaire est la solution la plus facile, on peut même la coupler avec un système photovoltaïque (l’eau refroidit les cellules photovoltaïques et augmente donc leurs rendements). On peut aussi coupler l’eau chaude sanitaire à un chauffage bois.

L’éclairage

L’éclairage représente plus de 15% de la consommation énergétique en maison individuelle. Avec une conception bioclimatique l’éclairage naturel est à l’honneur et ses besoins sont diminués. L’éclairage indispensable est assuré par des ampoules à basse consommation ou des ampoules à LED.

La gestion durable des déchets

Les déchets ménagers

Les déchets ménagers peuvent être fortement diminués grâce à une consommation raisonnée, voici quelques idées : réutiliser et réparer des vieux objets, acheter des produits sans emballage jetable (Exemple d’épicerie), recycler et composter.

Les déchets organiques

Pour les amateurs de jardin et de potager la création d’un ou plusieurs composteurs est indispensable. Les déchets organiques proviennent du jardin, de la cuisine mais aussi des toilettes sèches. Concernant l’assainissement des eaux vannes, voir plus haut « les eaux usées ».

Les déchets sur chantier

Pour éviter les déchets inertes et les polluants sur chantier il faut travailler en filière sèche, c’est-à-dire éviter la maçonnerie et le béton et travailler plutôt avec des matériaux bio-sourcés (ossature bois par exemple).