Pourquoi autoconstruire sa maison bioclimatique?

Pour faire des économies

Sur la main d’oeuvre

Il parait évident que vous allez économiser de l’argent sur la main d’oeuvre puisque par définition vous allez réaliser le travail des ouvriers qui auraient du être sur votre chantier. Selon que vous visualisez votre travail sur chantier comme gratuit (je fais tout moi même) ou bien rémunéré (le temps c’est de l’argent), vous économiserez dans tous les cas sur la main d’oeuvre puisque vous coûtez moins cher qu’un ouvrier (pas de cotisations sociales etc.).

Sur les matériaux

Vous pouvez chercher le produit le moins cher en faisant jouer la concurrence ou en achetant directement chez le producteur (scierie par exemple) plutôt que chez un revendeur. Vous n’aurez pas les réductions que peuvent avoir les professionnels mais vous pouvez faire de bonnes affaires sur les fins de séries ou les promotions du moment. De plus il faut chercher de préférence des producteurs locaux, les coûts de transports sont amoindris.

Sur la conception

En réalisant des plans et dessins techniques précis sur le travail à réaliser vous éviterez les surcoûts et les pertes de temps dues à des erreurs sur les quantités ou bien des oublis de matériaux. Une bonne organisation est primordiale car l’improvisation sur chantier est peut être ce qui coûte le plus à l’autoconstructeur (allers-retours fournisseurs, gaspillage, erreurs, etc.). De plus, en réalisant une conception bioclimatique et performante énergétiquement vous diminuerez vos besoins de chauffage et de climatisation.

Sur les outillages

Cherchez bien dans vos connaissances, famille et amis, vous trouverez l’outillage nécessaire gratuitement, mais faites y attention: n’empruntez pas la remorque de votre voisin pour un an et demi et ne rendez pas des outils abîmés ou usés, personne n’aime ça. Vous achèterez tous les outils manquants, il seront largement amortis et vous compléterez votre atelier. Vous pouvez louer les machines chères et encombrantes, calculez bien votre coups pour les louer le minimum de jours.

Pour contrôler entièrement la construction

Il est toujours difficile d’imposer sa voix à un constructeur de maison individuelle ou bien à un architecte lorsque votre requête ne rentre pas dans leurs habitudes. En autoconstruction, c’est simple, c’est vous le chef. Si vous décidez d’utiliser un système constructif alternatif ou bien d’habiter la maison avant son aboutissement et que vous respectez le code de la construction et les décisions de la mairie, il n’y aura personne pour vous en empêcher. Vous pouvez donc librement installer des toilettes sèches, un puit canadien, gérer le compostage, le potager, la récupération des eaux ou bien même créer un garage plus grand que votre maison si vous le souhaitez.

 Pour la satisfaction du travail accompli

Quoi de plus honorable que de créer de vos propres mains votre maison idéale. Une maison qui va accueillir votre famille grandissante et vos amis pour peut être plusieurs générations. Que ce soit un projet de vie ou bien simplement une extension de garage, l’autoconstruction restera toujours une grande aventure pleine de péripéties.

Les compétences nécessaires pour l’autoconstruction

Les compétences de l’autoconstructeur

Avant de se lancer dans une entreprise pareille, l’autoconstructeur doit évaluer ses compétences afin d’être sûr de mener à bien le projet:

Avoir du temps

Selon la taille et la complexité du projet, il faudra entre 1500 et 3000 heures de travail sans compter le temps de conception bioclimatique et de réflexion du projet. Soit entre un et trois ans selon vos disponibilités chaque semaine. En emménageant trop tôt dans les lieux, le piège est d’allonger le temps des travaux et de finir cinq ou dix ans plus tard. Vos weekends sont d’or et déjà réservés aux travaux. Si le chantier est proche de votre logement actuel vous pouvez aussi vous permettre de travailler le soir, mais attention à ne pas faire vivre un enfer à vos futurs voisins ou bien à délaisser votre vie de famille.

Avoir le moral

Le chantier n’avancera pas tout le temps comme vous voudrez, il y aura des erreurs et des moments difficiles. Il ne faut pas hésiter à faire des pauses volontaires afin d’éviter les risques d’erreurs ou d’accidents. Un esprit reposé travaille plus efficacement et il est important de prendre du recul de temps en temps et faire le bilan de la situation.

Avoir des amis

Le soutien de la famille et des amis est important pour mener à bien le projet. Que ce soit moralement ou physiquement, vous devez avoir des gens sur qui compter.

Etre organisé

Une bonne organisation et une bonne conception du projet est primordiale. Ensuite il vous suffit d’acheter les matériaux au bon moment pour ne pas encombrer le chantier, de bien ranger et nettoyer vos outils et de se donner des objectifs journée raisonnables pour ne pas finir de nuit.

 Les compétences métiers

L’autoconstructeur rassemble en lui même tous les métiers de la construction. Si le métier de « constructeur » n’existe pas c’est justement parce que chaque corps de métier nécessite des compétences, connaissances et réglementations très particulières. Lorsqu’on se lance dans un projet d’autoconstruction, on est généralement du métier ou bien bricoleur confirmé, mais dans tous les cas on doit apprendre ou ré-apprendre tous les autres corps de métiers. Participer à des chantiers participatifs est une bonne idée plutôt que simplement glaner sur internet et apprendre sur le tas. Si certains des domaines suivants de la construction bioclimatique ne vont sont pas familiers, il va falloir sérieusement se renseigner ou bien engager un professionnel: plan local d’urbanisme, permis de construire, réglementation thermique, plans, dessins techniques, orientation climatique, compacité, isolation, ouvertures, protection solaire, chauffage, fondations, structure porteuse, charpente, couverture, étanchéité, menuiseries, plomberie, ventilation, électricité, etc.

Les professionnels intervenants

Que ce soit par manque de temps ou bien par contrainte réglementaire, certaines parties devront être réalisés par des professionnels.

Le bornage

Pour connaitre les limites de votre terrain il est nécessaire de réaliser un bornage amiable par un géomètre expert.

L’étude de sol

C’est la base de tout projet, cette étude réalisée par un géotechnicien définira la stabilité du sol et les risques de mouvements de terrain. Le type de fondation sera choisi selon les résultats de cette étude. Cette étude est aussi indispensable si vous voulez réaliser un système d’assainissement non collectif.

L’architecte

Au dessus de 170m² de plancher ou d’emprise au sol constitutive de plancher, la conception du projet doit être réalisé par un architecte.

La réglementation thermique

Tout projet de construction doit aujourd’hui respecter la réglementation thermique 2012 (RT2012). Une étude thermique doit être réalisée par un thermicien à l’aide d’un logiciel certifié et un test d’étanchéité doit être réalisé par un diagnostiqueur.

Le bioclimatisme

L’écoconception ou la conception bioclimatique est une étape très importante, rapidement abordé par la RT2012 (le bbio: le besoin bioclimatique). Notre bureau d’études est spécialisé en écoconception, contactez-nous pour un accompagnement personnalisé.

La dalle, plomberie, électricité etc.

Tous les corps d’état qui ne vous rassurent pas du tout peuvent être réalisés par des professionnels. Chaque professionnel posera son assurance décennale sur la partie réalisée.

Bien se préparer pour autoconstruire sa maison bioclimatique

L’éco conception

Un autoconstructeur a souvent en tête le projet qu’il veut réaliser, la surface totale, le nombre de chambre, le style général et l’aspect extérieur de sa maison. Mais il ne faut surtout pas passer à coté de l’éco conception! Sinon vous risquez d’obtenir une pièce mal éclairé, ou plus froide qui va déséquilibrer votre maison et augmenter vos besoins énergétiques. La sensation de confort est un équilibre très complexe.

Pour avoir plus d’information sur la conception bioclimatique, c’est par ici.

Pour avoir plus d’information sur nos services d’éco conception, c’est par ici.

La budgétisation

La budgétisation d’un projet d’autoconstruction bioclimatique peut être calculé de deux façons:

  • En coût immédiat: On calcule ici simplement le coût de l’opération financière de la construction. On prend en compte le coût du terrain, du notaire, de la conception, des formalités, des matériaux et des professionnels intervenants. C’est le coût immédiat de l’autoconstruction.
  • En coût total: On va calculer ici le coût de la construction mais aussi les coûts d’utilisation futurs sur 10 ou 20 ans: chauffage, électricité, eau, taxes etc. Pour réaliser correctement son budget il faut aussi penser au coût du loyer qui va continuer de courir pendant le temps de la construction mais aussi le coût de l’emprunt et des ses intérêts. Il suffit ensuite de balancer les coûts avec vos revenus pour savoir si votre projet est viable ou non.

Un projet bioclimatique ne sera pas forcement plus cher à la construction mais les besoins en chauffage étant fortement diminués, il sera plus économique sur le long terme.

Le temps nécessaire

Si on se lance dans l’autoconstruction c’est souvent que l’on a plus de temps que d’argent, mais on ne se rend pas compte tout de suite que de se lancer dans un projet pareil se révélera extrêmement chronophage. Tous vos weekends seront consacrés aux travaux et les fournisseurs ne sont pas ouverts le dimanche, il faut donc être bien organisé.

Si vous réalisez vous même le clos et couvert il est préférable de prendre des vacances de deux ou quatre semaines pour réaliser et monter l’ossature bois et la charpente. L’idée est de fermer la maison le plus rapidement possible pour éviter l’exposition de la structure aux intempéries mais aussi de se protéger des vols de matériaux et matériels sur chantier. Si vous réalisez un garage il est préférable de le faire en même temps que la maison, beaucoup d’autoconstructeurs décident de réaliser le garage en dernier mais l’espace du garage vous sera très utile comme aire de stockage sécurisée.

Lorsque la maison est hors d’eau hors d’air vous pourrez souffler un peu avant de commencer l’électricité et le cloisonnement. Le second œuvre est aussi un travail de longue haleine mais vous pouvez plus facilement le répartir sur vos weekends et même en soirée lorsque vous aurez de la lumière.